Nicolas Dupont-Aignan 2012 | Candidat à la Présidence de la République

Ma méthode

La voie du redressement pour mieux rassembler

Au début des années 1990, la ville d’Yerres fait la une de l’actualité pour le Triton, ce centre aquatique qui a fermé quelques mois après son ouverture et qui a laissé à la ville une dette de 20 millions d’euros.

Face aux difficultés rencontrées par les habitants, Nicolas Dupont-Aignan décide de se présenter aux élections municipales. Il sonne à 8 000 portes pour convaincre les habitants qu’une gestion de bon sens peut remettre la ville sur de bons rails.

Élu maire dès le premier tour, il s’attèle à la tâche, redresse les finances de la ville, réduit d’un tiers sa dette. Il stoppe les projets immobiliers de ses prédécesseurs, élabore un plan d’occupation des sols respectueux de l’environnement, lance une promenade le long des berges de l’Yerres.

Il a prouvé sur sa commune que l’on pouvait préserver l’environnement et limiter les constructions tout en ayant une politique dynamique en faveur du logement plus modeste. En moins de 10 ans, il a réduit par deux le nombre de logements vacants sur la ville et a créé une société de logement social communal qui dispose aujourd’hui d’un patrimoine de 400 logements.

Sa politique en faveur de l’environnement est saluée notamment par le 1er prix de la 3ème édition de l’International Pontos Environnemental Award, qui lui a été remis à Francfort en mars 2009 sur le retraitement des eaux sales de la piscine qui servent au balayage des rues de la ville.

Pour restaurer la sécurité de ses citoyens il crée il y a 15 ans une brigade de Police Municipale à cheval qui protège efficacement les surfaces boisées représentant un tiers de la superficie de la commune et équipe le reste de la ville en vidéo protection. Aujourd’hui sur la commune la criminalité est inférieure de près de la moitié de la moyenne des autres communes de l’Essonne.

Mais sa marque de fabrique, c’est surtout son engagement aux côtés des habitants. Il est un des premiers maires à créer des conseils de quartiers qui associent les habitants à des décisions qui les concernent, et qui fait émerger quantité d’idées du terrain qui deviennent réalité. Les habitants sont associés aux décisions, y compris par référendum.

La confiance que lui ont accordée les habitants n’a jamais été démentie. Avec 80 % des suffrages, il a été en 2008 le maire le mieux élu de France pour une commune de 30 000 habitants.